Si Catacombs a collectionné les critiques négatives lorsqu’il est sorti en DVD en France, sa faible notoriété a tout de même atteint la sphère des amateurs de souterrain artificiel.
Voici une présentation complète du long-métrage, avec des comparaisons entre les Catacombes réelles et celles de la fiction, ainsi que quelques réflexions.
Ce film de Tomm Coker et David Eliott d’une heure et demi a été tourné à partir de mars 2005, principalement à Bucarest en Roumanie. La production fut interrompue en décembre pour six mois, à cause de la mort naturelle de son producteur (Gregg Hoffman).
Le film n’est donc distribué qu’à partir de 2007. Sa première diffusion publique a lieu au Festival international du film de Berlin le 8 février 2007. S’il connaît une sortie cinéma dans quelques pays, il est distribué directement en DVD dans de nombreux autres, dont la France en 2009.

L’histoire

(attention ce résumé dévoile toute l’intrigue)
Une jeune femme (Victoria, jouée par Shannyn Sossamon) vient voir sa sœur (Caroline, jouée par la chanteuse Pink) à Paris. Celle-ci l’entraîne à une fête dans les carrières-catacombes de Paris.
L’organisateur de la soirée, Jean-Michel l’emmène dans son repère ou ils retrouvent Caroline et quelques habitués des lieux qui lui racontent d’histoire de l’Antechrist, un être maléfique qui porte un masque de tête de chèvre écorchée !
Jean-Michel tient tout un discours sur la mort et explique comment vouloir l’apprivoiser via les fêtes dans les Catacombes. Alors que les autres se baignent, Victoria quitte le groupe et se perd en voulant retourner à la fête.


Même un fumigène…

Elle est rejoint par sa sœur mais elles n’arrivent pas à retrouver la salle. Des cris et des bruits effrayants ponctuent leur cheminement jusqu’à ce qu’elles soient attaquées. Caroline est enlevée par une créature rugissante que Victoria n’arrive pas à voir. Elle retrouve sa sœur pleine de sang, un peu plus loin dans une galerie. La créature, qui n’est autre que l’Antechrist, ressurgit alors et Victoria fuit de nouveau, poursuivit par les rugissements.
Elle se réfugie dans une petite salle encombrée de bric-à-brac sanguinolants et macabre où le monstre la cherche en vain. Elle réussit à s’échapper par une autre issue tandis que le monstre se met à sa poursuite. Elle réussit à rejoindre la fête en escaladant un mur d’ossement, au moment où la créature allait la rattraper ! Alors qu’elle essaye de demander du secours aux danseurs, la police arrive et créé un mouvement de panique dans la foule. En fuyant, Victoria s’assomme sur un ciel un peu plus bas que les autres.

En se réveillant, elle se retrouve seule, cherche son chemin et tombe sur la salle de la fête, vide. En déambulant, elle finit par retrouver la galerie de sortie mais celle-ci a été cadenassée par la police. Elle repart chercher un autre accès qu’elle déniche après avoir emprunté un puits à échelon. Mais là encore, la grille est fermée…


Tout y est : une plaque de rue, un plan, des bombes de peinture et des ossements !

Elle est rejoint par une autre personne (Henri), qu’elle pense d’abord être un agresseur. Ils finissent par chercher une sortie ensemble. Dans une galerie dont le sol est composé de poutre de bois, Henri passe à travers l’une d’elle et se blesse gravement à la jambe. Victoria ne réussissant pas à le sortir du trou, elle repart seule, chercher la sortie et de l’aide, malgré les supplications d’Henri pour qu’elle ne l’abandonne pas.
Elle tourne en rond et revient sur ses pas : Henri n’est plus dans le trou mais, devenu fou, il essaye d’étrangler Victoria, persuadé qu’elle voulait l’abandonner. Elle l’assomme et reprend sa recherche de la sortie. Elle finit par arriver dans des canalisations techniques et se trouve face à une porte… encore une fois fermée ! En essayant de la défoncer, elle voit une main, se croit de nouveau face à un agresseur et s’enfuit.
Une longue course-poursuite s’ensuit au cours de laquelle elle fait un plongeon dans un bassin dont elle réussit à sortir pour rejoindre une galerie d’égout, et finit par se retrouver dans les Catacombes (!). Finalement rattrapée par son poursuivant, elle le tue avec la pioche qu’elle avait ramassé dans la galerie technique. C’est alors que sa sœur arrive avec le groupe d’amis qui explique à Victoria qu’il s’agissait d’une farce « initiatique ! Ils finissent par découvrir Jean-Michel, sur le côté, le « poursuivant » tué par Victoria ! Caroline se lâche alors sur Victoria la traitant de tous les noms, celle-ci massacre à coup de pioche les amis un par un et… prend un taxi pour retourner à l’aéroport !

La morale du film pourrait être « celui qui veut apprivoiser la mort par la farce finit par en mourir ! ».

Publicités